À propos

Fondé en 2008 par deux designers de l’environnement, Élaine Fortin et Virginie Lamothe, Bipède est un studio de design multidisciplinaire qui oeuvre en aménagement résidentiel, corporatif et commercial, ainsi qu’en création de meubles et d’objets.

Reconnaissances
  • 2021 | Grands prix du design, Grand prix catégorie résidentiel – Résidence Cité jardin
  • 2021 | Grands prix du design, Lauréat Or 14e édition, Catégorie cuisine – Résidence Cité jardin
  • 2020  | Grands prix du design, Lauréat 13e édition, Mention Valorisation du bois en aménagement – Résidence A
  • 2020  | Grands prix du design, Lauréat 13e édition, Mention Salle de bain – Pavillon A.
  • 2019  | Grands prix du design, Lauréat 12e édition, Café District – tour Deloitte.
  • 2016  | Collection Permanente du Musée National des Beaux Arts de Québec. Chaise Punt.
  • 2009  | Bourse d’entrepreneuriat de la Fondation Montréal Inc.
  • 2009  | 3e prix, Concours Le bois au naturel.
  • 2009 |  Mention d’honneur, Concours Palm En Route Mobilité.
  • 2008  | 1er prix, Concours le bois au naturel.
  • 2005  | Prix de l’Association des Designers Industriels du Québec.

St André

  • Type

    Résidentiel

  • Lieu

    Montréal, Qc

  • Date

    2019

  • Crédits photos

    Raphaël Thibodeau

Cet ancien shoebox situé dans l’arrondissement Villeray a été complètement transformé et agrandi avec l’ajout d’un étage et demi et d’une terrasse au toit. L’implantation existante a été conservée au rez-de-chaussée, afin de créer un passage couvert vers la cour arrière qui est enclavée. Aux étages supérieurs, le bâtiment se déploie sur toute la largeur du lot afin de maximiser l’aire habitable de cette maison familiale.

En façade avant, Bipède a pris le parti d’appliquer un nouveau revêtement de brique afin d’unifier l’ensemble. Au rez-de-chaussée, les proportions et position des ouvertures d’origine ont été conservées, à l’exception de la porte d’entrée qui a été interchangée avec une fenêtre afin d’agrandir le salon et aménager un généreux vestibule pratique pour la famille.

Au 2e étage, avec l’élargissement de la façade, la trame régulière de la fenestration est altérée afin de créer un geste vertical affirmé. En effet, au-dessus du passage piéton, s’aligne une fenêtre et une section vitrée insérée dans le parapet du niveau terrasse. Cela contribue à alléger la façade et ajoute une percée visuelle dans le parapet à la manière d’une fenêtre. Un relief sur la brique anime la surface.

Au 3e étage, la chambre principale et sa suite sont en recul, intégrant une terrasse ensoleillée côté ouest, qui agit également comme un espace tampon entre la rue et la chambre.

À l’arrière, une grande ouverture au rez-de-chaussée dans le prolongement de la cuisine vient accentuer la relation à la cour, où s’articulent différentes aires de repos se déployant sur 2 niveaux. La terrasse en bois agit comme un socle pour la maison et délimite en contrebas un salon extérieur intime. Aux étages supérieurs, les ouvertures bandeaux dans les salles de bain, préservent l’intimité des occupants des voisins arrière qui sont à proximité.

À l’intérieur, le rez-de-chaussée a été complètement décloisonné pour créer une aire de vie ouverte, seule exception, le bloc sanitaire adossé à l’escalier, qui vient délimiter la zone de l’entrée. Le puits d’escalier liant 4 étages est central et culmine au 3e avec une fenestration abondante, agissant comme un puits de lumière. La cuisine, installée dans une extension préexistante, profite d’un lien privilégié avec la cour.

Au 2e étage, les pièces se distribuent de façon efficace autour d’un palier central.
La superficie a été maximisée pour y installer 3 chambres aux dimensions semblables et une salle de bain familiale.
Au dernier étage, la suite de la chambre principale est traversante et occupe tout l’étage. Une cloison mobile s’ouvre et agrandit la chambre pour profiter de plus d’ouverture et de la porte patio vers la terrasse, accessible depuis le palier.